ACCUEIL   CONTACT


FRANCE (accueil et
découpage électoral)

Histoire
... scrutin récent
... ou « rollover »
 
1877, carte des élus

      Le maréchal de Mac-Mahon et son gouvernement sont battus aux élections législatives du printemps 1876. D'inclination monarchique, le chef de l'Etat refuse le verdict des urnes et rappelle le duc de Broglie au pouvoir: c'est le coup du Seize Mai. Le gouvernement est mis en minorité à l'Assemblée. La Chambre est dissoute. L'exécutif espère sinon retourner l'opinion, du moins rallier les abstentionnistes. Pour ce faire, le ministre de l'Intérieur de Fourtou revient à des méthodes dignes de l'Empire autoritaire. La lutte va être intense.
      Les républicains ne reviennent pas aussi nombreux que les 363 qui votèrent contre de Broglie, mais réussissent à vaincre malgré la pression administrative. Mac-Mahon doit « se soumettre ou se démettre », selon la prhase célèbre de Gambetta.
      Dans l'ordre de la géographie électorale, le plus étonnant est l'ordonnancement net de la cartographie des élus par rapport à 1876: la France républicaine s'homogénéise, tout comme la France bonapartiste et la France royaliste, comme si l'isolement ne permettait pas de résister à une forte pression politique et administrative. Quant au retour des légitimistes dans le bas Rhône, il est provisoire et va très vite disparaître sous la poussée de l'extrême gauche.