ACCUEIL   CONTACT


FRANCE (accueil et
découpage électoral)

Histoire
... scrutin récent
... ou « rollover »
 
1876, carte des élus

      L'occupation allemande de 1870-1871 a coulé l'idée bonapartiste et impériale dans l'esprit des Français du Bassin parisien et de l'Est. Concomitamment, et alors que dans ce vaste ensemble seul l'axe de Paris au Jura fut républicain sans discontinuer de 1848 à 1870, la modération des républicains au lendemain de la Commune de Paris permit de convaincre l'ensemble de la zone de passer à la République. Un peu plus au sud, dans les anciennes régions "rouges" de 1849, les partisans de Gambetta (anciens radicaux acceptant sa conversion à l'opportunisme et se retrouvant dans l'Union républicaine) connaissent quelque succès. Les grandes villes, elles, repartent déjà dans une course à l'extrême gauche (c'est-à-dire les radicaux qui restent intransigeants). Villes auxquelles il faut ajouter le Midi méditerranéen, Midi qui va bientôt homogénéiser son vote radical.
      Tandis que la France qui n'a pas connu la guerre et qui garde somme toute un bon souvenir de l'Empire vote bonapartiste, à savoir le Sud-Ouest. Si on y ajoute l'Ouest encore très largement légitimiste, plus quelques notabilités élues ici ou là, conservatrices sans épithète quoique souvent d'inclination orléaniste, on obtient la France conservatrice qui va longtemps résister au nouveau régime, avant le passage direct du Sud-Ouest au radicalisme.