carte de l'election presidentielle
En Virginie, pour des raisons de lisibilité et de cohérence d'ensemble, les independent cities sont fusionnées avec les comtés dont elles sont issues.
      1897: résorption de la crise économique. 1898: malgré l'hostilité au départ du big business, sous la poussée de l'opinion publique unanime mais aussi par crainte d'être débordé aux élections de novembre sur ce thème par leurs concurrents démocrates, guerre contre l'Espagne réprimant les Cubains révoltés. Le colonisateur espagnol victime expiatoire à la fois de l'aversion native des Américains pour le colonialisme, de leur expansionnisme et selon certains observateurs de l'inquiétude née pendant la récente crise économique face à l'accroissement de la population catholique. Guerre courte (dix semaines), évitant toute secousse économique et permettant au bout du compte la mise en tutelle des dernières colonies espagnoles en Amérique et dans le Pacifique (Philippines). Prospérité définitivement assurée, symbolisée par l'adoption du Gold standard act en mai 1900, qui fait accéder les États-Unis au rang des puissances déjà établies et arrimées à l'or. Les grands capitalistes, satisfaits, alimentent désormais abondamment le Parti républicain. Facile victoire électorale en 1900.
      1900: William McKinley (républicain) réélu président.