ACCUEIL  CONTACT


Les résultats des élections et référendums en France, 1848-2018 (épuisé; sera réimprimé si vous me le demandez en nombre suffisant)


Une parution inédite…


    Son format est le format A5 (A4 plié en deux). Il a 338 pages. Son prix est de 33 euros, majoré des frais d'envoi (voir en bas de page). Il donne les résultats des élections et référendums nationaux (plus quelques-uns locaux mais d'importance nationale) depuis 1848, c'est-à-dire depuis l'instauration du suffrage universel masculin en France. Le sous-titre de l'ouvrage indique la provenance de ces chiffres (passer la souris sur l'image et elle s'agrandira):
1re de couverture

    En effet, le gros problème des chiffres traînant ici ou là sur les résultats électoraux en France est leur fiabilité, très relative au demeurant. Il fallait reprendre les choses par le début pour enfin offrir au public des chiffres utilisables fiables et peut-être surtout, homogénéisés — chacun y allant en effet de sa définition des partis. La philosophie du livre est donnée en préambule:
preambule

    Avant une description longue et fastidieuse, examinons la table des matières:
4e de couverture

    Ce livre commence donc par retracer le cheminement du vote tel qu'il est comptabilisé le soir des élections, jusqu'à la proclamation des résultats et des élus d'abord en préfecture. Ce sont ces premiers résultats que vous lisez le lendemain dans vos journaux préférés. Les chiffres définitifs viennent plus tard. Mais saviez-vous que longtemps la Chambre des députés eut la haute main sur ce qu'on appelait la « vérification des pouvoirs », qui aboutissait à la proclamation définitive des résultats? Et que cela tourna à la cuisine parlementaire au plus mauvais sens du terme, et que finalement là est la raison d'être du Conseil constitutionnel. Et enfin que même non compte tenu de ces « faiblesses » humaines, il n'existe aucune source d'archive ou livresque fiable à aucune époque? Ainsi s'ouvrent ces lignes:
les chiffres

    Suit la législation électorale pour les élections nationales comme locales, puis le calendrier complet des mêmes scrutins.

    Nous arrivons à ce qui fait l'essentiel de l'ouvrage: les scrutins nationaux de 1848 à 2018. Prenons un exemple remontant à une époque récemment commémorée, 1914. Vous observerez que la page de gauche contient le contexte historique et les résultats du premier tour, colonies comprises. Tandis que la page de droite contient en abrégé le ballotage, les reports selon le candidat présent au second tour (encadré), les élus selon l'étiquette réelle, et la figure de l'hémicycle, c'est-à-dire la Chambre des députés telle que la déclaration des groupes a été faite à l'époque. En effet, souvent les élus s'inscrivirent à un groupe où leurs électeurs ne les attendaient pas, tant la force de gravité propre à la vie parlementaire à Paris l'emportait sur la sincérité de l'élu — ou sur son courage politique. En 1910, l'obligation de s'inscrire à un seul groupe fait apparaître cet énorme décalage. En 1914, l'obligation pour les radicaux de lignes fort différentes de s'inscrire à un groupe unique ajoute à ce grand écart. Mais regardons plutôt:
un exemple: 1914

    Plusieurs pages sont nécessaires pour retranscrire les élections législatives partielles depuis 1958 (il y en avait trop sous la IIIe République pour tenir dans ce volume déjà conséquent), précédées de celles de 1936 à 1939, pour des raisons historiques évidentes. Sept types de renseignement sont donnés: date du scrutin partiel, nom de la circonscription, tour décisif aux élections générales et à la partielle, groupe parlementaire de l'élu aux deux scrutins, le fait qu'il soit élu ou réélu, les taux d'abstentions et l'évolution de la majorité gouvernementale entre les deux scrutins si le tour décisif est le même; renseignements sur lesquels tous les commentateurs s'interrogent à chaque veille d'élection partielle: les abstentions sont-elles une fatalité et forcément plus élevées qu'aux élections générales? le camp gouvernemental est-il condamné à faire moins bien, voire beaucoup moins bien qu'aux élections générales? L'évolution depuis 1958 est terrible, mais je vous en laisse la surprise…

    Les élections régionales, cantonales (désormais « départementales ») et municipales occupent une trentaine de pages, dans lesquelles trouve place le tableau des maires des très grandes villes depuis 1900.

    Ensuite, le volume contient des récapitulatifs dont tous les politistes (ou politologues, au choix) rêvaient pour leur usage quotidien, et sans doute les journalistes politiques aussi. Je ne les montre pas ici, mais pour la première fois, nous disposerons de chiffres homogènes sur la longue durée, dont certains sont particulièrement pénibles à reconstituer et pourtant si fondamentaux.

    Suit le tableau synoptique des partis en France depuis 1848, qui retiendra sans nul doute l'attention de tout homme pressé et ayant besoin d'une vision simplifiée de la vie politique française à un quelconque instant de son histoire, comme de son évolution, qui n'est pas évidente pour qui ne s'est pas plongé dans cette histoire.

    Enfin, on trouvera ci-dessous en exemple une page de l'index-glossaire. Celui-ci innove en supprimant ces index et annexes multiples qui ont tendance à peupler nos usuels, excellents pour perdre son temps: il fusionne l'index classique et les notices des partis et groupes parlementaires (de la Chambre seule) cités dans le corps de l'ouvrage, au même titre que les autres noms propres. Les chevrons (signes < >) renvoient au nom encadré.
index-glossaire








- Vous pouvez l'acheter via (que vous ayez un compte ou pas!), selon deux solutions de prix et de convoyage

- ou encore selon le traditionnel chèque; dans ce cas, écrivez-moi à "" en me précisant si vous préférez la lettre suivie à 38 euros ou le recommandé à 42 euros, et je vous donnerai mes coordonnées postales.